• BEO

     

    Je n’ai pas eu d’enfance ni bonne ni mauvaise

    Et mon adolescence ne fut qu’un doux malaise

    Mais l’école fut pour moi l’occasion de sentir

    Combien l’homme peut donner, aimer ou bien haïr

    Mon école était simple, accolée aux maisons

    Et mes copains étaient de toutes confessions

    Il y avait David, Mustapha et Ali

    Louis, Jacob Benoist et N’Guyen aussi

    Nous étions si heureux et nos familles unies

    Fêtaient L’aïd, pessah, le têt, l’épiphanie

    C’est qu’en changeant de ville, de terre, de continent

    Que les gens nous ont dit on est tous diffèrent !

    Et depuis tout petit j’essaie de continuer

    Ce groupement d’amour, cette fraternité

    Si j’ai pas eu d’enfance je retiens se message

    La haine de sert à rien on est que de passage

     

           Le 04 juin 2013


  • Commentaires

    1
    messange bleue
    Mardi 4 Juin 2013 à 13:22

    mon poete a de la nostalgie !!!

    2
    michelehardenne
    Mardi 4 Juin 2013 à 13:39

    Bonjour Jean-François,

    en effet, nous ne sommes que de passage et qu'importe ce que sont les autres, leur différence,...il y aura toujours de merveilleuses rencontres et d'autres qui décevront, mais ainsi est la vie, et de ce chemin déjà parcouru, il ne faut en retenir que le beau qui nous permet de continuer d'avancer.

     

    Gros bisous ;)

    3
    moniquesala
    Dimanche 9 Juin 2013 à 21:38
    Bonsoir Jean François. Tu es de Bab El Oued ? Moi je suis née à Alger. j ai habité 8 rue Levacher . J allais à l école de filles rue Dupuch . Ma grand mère était Espagnole d Almeria . Elle avait 2 ans quand elle est arrivée en Algerie en 1900. Mon grand père est né à Bougie (La Boujaia ) mes oncles et tantes à Mostaganem . Ma mere née à Didjelli . Mon père à Booghari . Un oncle et une tante habitait Bellecourt ....... Ma photo sur ma page d accueil a été prise à la maternelle de la rue Dupuch . J ai appris à marcher au Forum le jardin du gouvernement Général.c était à côté de la maison et de mon école de. Toute la famille habitait dans le même quartier en face de l école de garçons Dordor . Tous mes oncles y sont allés. Les dimanches d été nous allions tous à la mer de Sidi Feruch ou à la forêt . Mes grands parents ont eu 5 enfants et sa sœur 2. Tous mariés avec enfants. Avec les amis nous partons tous ensembles à la mer. C était une vraie caravane ! Toute la smala ! Nous allions aussi à Fort de l Eau manger des brochette ! Mmmhh ! Ça sentait bon et il fallait faire la queue pour une telle tablee ! On s entassait dans la 4 ch la 2 ch et l estafette de mon oncle qui travaillait chez Butagaz . On n avait pas la radio mais on chantait à tue tête et on riait bien. On n avait rien on était pauvre mais on était tous ensembles et on se voyait tous les jours. Il y avait de l amour comme un gros cocon et les amis faisaient partie de la famille , et la famille de la famille ....etc .Malgré la guerre et les stroungas et les mitraillages et les blessés et les morts...on ne voulait pas partir. Mais le 19/6/62 on a dû prendre l avion une main devant et une main derrière ! Comme beaucoup. Je ne me suis jamais faite au nord de la France. La méditerranée me manque viscéralement depuis le temps. J avait un oncle pêcheur qui habitait Bouaroun dans un cabanon sur les rochers . Il avait un pointu ... Ton poeme m a beaucoup touché . C est très beau . Il m a fait remonter toute mon enfance en mémoire comme une bouffée de bonheur. J en parlerais pendant des heures. C est étrange j ai un souvenir incroyable de mon enfance plus que certaines choses qui me sont arrivées il y a moins longtemps. Je vais arrêter mon monologue car je n ai pas d ordinateur mais un petit téléphone portable c est tout. Je vous embrasse très fort Josette et toi. Merci pour ce merveilleux moment. <3 <3 <3
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :