•  

    Que c'est dur de vieillir , d'avoir tout les matins

    les maux qui te tenaillent, les pieds, le dos, les mains

    chaque jour se rappel à ton bon souvenir

    voilà une journée qui s'annonce pour souffrir

    et tu dois te traîner au WC, à la douche

    regarder ton miroir et poser sur ta bouche

    un soupçon de sourire sur ton visage blême

    pour crier à la vie un immense "je t'aime"

     


    votre commentaire
  • tu es partie sans bruit rejoindre tout les autres

    dans les applaudissements tu attendais le notre

    mais hélas ,sur la scène, ton retour très discret

    ne nous a pas permis d’être là, début Mai

    et tu as retrouvé Brel , Gall, Berger, Gainsbourg

    me laissant orphelin de ta voix de velours

    au céleste zénith tu chanteras pour eux

    pour charmer nos défunts et réjouir les Dieux

     


    votre commentaire
  •  

    Tombent les gouttes sur la terrasse

    c'est bien le temps qui nous tracasse

    il est fini le ciel si bleu

    il pleut

     

    de ma fenêtre toute embuée

    sur le carrelage tout délavé

    je vous fais même cet aveux

    il pleut

     

    j'ai mon arthrose qui me fait mal

    l'humidité c'est pas banal

    n'a jamais arrangé les vieux

    il pleut

     

    un escargot part en courant

    sur le parterre dégoulinant

    il dérape même un petit peu

    il pleut

     


    votre commentaire
  •  

    Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction."

    Antoine de Saint-Exupéry

     

     

    Antoine tu as tout faux c'est vraiment pas aimer

    que regarder au loin le soleil se lever

    Antoine t'as rien compris faut enlever le bandeau

    regarder l'entourage et leurs dire qu'ils sont beaux

    la direction qu'on prend c'est aller vers les autres

    d'un regard isolé qui deviendra le notre

    et se donner la main pour s'aider à franchir

    les affres de la vie, les aléas du pire

    et comprendre les gens ...éviter d’être sourd

    pour vivre sereinement d'eau fraîche et puis d'amour


    votre commentaire
  • Petit je rigolais à voir les vieux passer.

    se tenant à leur canne, comme un précieux trophée

    effleurant de leur pied le contour des pavés

    et enfin avancer d'un pas de nouveau né.

    je gloussais dans mon coin, me moquant doucement,

    de leurs claudications et leur pas malhabiles

    on oubli étant jeune qu'inexorablement

    la vieillesse rejoint nos sarcasmes imbéciles

    et j’entends à mon tour rigoler un p'tit peu

    le bambin amusé par mon pas hésitant

    maintenant c'est mon tour je suis devenu vieux

    le temps ne dure pas ...je n'suis plus un enfant


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique