• L’éclat de ma maison, la couleur de mes murs

    me permettent de rêver, d’écouter les murmures

    d'entrevoir par le son si la mer est mauvaise

    quand elle blanchi le soir approchant les falaises

    et au loin surgira dans un soleil blafard

    ce mythique galion qui hante ma mémoire

    je suis le capitaine et j’écume les mers

    amassant des trésors et sauvant les mégères

    mais que se passe-il le pinceau est tombé

    je me trouve tout bête et bien plus coloré

    j'avais rêvé d'amour de bateau d'océan

    mais j'ai glissé du banc et gît sur mon séant

    la peinture n'est pas faite pour nous esprit rêveur

    hormis pour dessiner les relief de ton cœur

     

     


    votre commentaire
  • bientot ùa nouvelle page


    votre commentaire
  • Civet de lapin

     

    Dans une ferme de France entre mare et village

    se situe un enclot habité de lapins

    qui engraissent tranquille et refond leur pelage

    afin d’être menés au boucher du patelin

    dans ce joli clapier par un soir de printemps

    on voulu réélire le roi de ce domaine

    il devait être bon et prêt a tout comprendre

    pas comme cet ancien roi qui vivait dans la haine.

    Le nouveau candidat promis la terre entière

    pour tous la liberté et de l'herbe a foison

    il fut élu de suite par les parlementaire

    et le peuple suivi ensemble à l'unisson

    au bout du premier jour de cette investiture

    notre Jeannot gradé n'en faisait qu'a sa tête

    il oubliait promesse et fit même des parjures

    pour danser tout le jours aux flonflons de la fête

    le peuple regretta cette vile forfaiture

    ayant élu un roi qui montrait tout ses tors

    ne pensant pas qu'ici pour vivre dans la luxure

     

    il faut bien commencer par parler de la mort ,,,


    votre commentaire
  •  

     

    Une fleur c'est fanée dans le vase du salon

    le chat vient de rentrer et j’entends son ronron

    le vent s’essouffle un peu il fait place à la pluie

    le tic tac de l’horloge égraine mon ennuie

    qu'elle est triste cette vie où tout est monotone

    et triste la journée où on attend personne

    où l’écho me renvoi mes pensées solitaires

    des volutes de fumées des idées éphémères

     

    l'ennuie est un passage entre rien et le vide

    atmosphère saturée de vapeurs insipides

     

    un oiseau s'est posé sur le toit du garage

    la pluie s'est arrêtée et seul quelques nuages

    cachent encore le ciel bleu promesse du beau temps

    le soleil peu venir si il en a le temps

    la musique des vagues et le cris des mouette

    redonne l'illusion d'un dernier soir de fête

    et la rue qui s'anime de passant hébétés

    par une journée de pluie qu'ils vont vite oublier

     

    la pluie c'est un passage entre l'eau et le ciel

    passage interrompue par des bruissements d'ailes

     

    tout prés de mon oreille une abeille bourdonne

    je la chasse de la main mais ,,,c'est le téléphone

    je m’étais endormi dans un rêve moelleux

    un rêve où même les anges ne sont pas merveilleux

    un rêve où tout est noir sans goût et sans couleur

    un rêve sans amour... sans aucune saveur

    mais le soleil est là et je suis bien vivant

    je m’étire comme un chat et je sort du divan

     

    le rêve c'est un passage du semblant au réelle

    croyez vous qui les anges ont réellement des d'ailes ?

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    La brigade du kif me fait l'amité de passer sur ma page 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique