• Ma plage aux quatre vents

    Il est venu ce soir aiguayer mon village

    Il a fait tournoyer le sable de la plage

    Et reparti déçu, car à cette saison

    Pas de robe à trousser ni de fripon jupon

    Les corps se sont offerts aux rayons éternels

    A demi dénudés, d’un blanc de jouvencelle

    Attendant les rougeurs pour pouvoir être halés

    Avoir une bonne mine pour la saison d’été

    Mais il a du sévir, les chasser du rivage

    Que de la poudre aux yeux pour les gens de passage

    Et avait, par malice, fait cingler les mollets

    Des jeunes téméraires qui voulaient le braver

    Un de nos quatre vents qui rythment nos journées

    Qui mettent nos nerfs à vifs, nous font éternuer

    Ils ont chacun un nom mais les connaissez-vous ?

    Le Cerce fait assécher… il a le cri du loup

    Le Marin est humide, il nous vient de la mer

    Le Grec se forme à l’est, il est d’humeur guerrière.

    Mais c’est le plus célèbre, celui venant d’Espagne

    Qu’on vénère en chanson : c’est lui la TRAMONTAGNE

     

    Le 02 mai 2013

     


  • Commentaires

    1
    michelehardenne
    Jeudi 2 Mai 2013 à 08:23

    Vive le vent qu'il vienne de la Terre ou de l'océan, ses caresses sont douces et si beau est son chant !

     

    Bises et bonne journée :)

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :