• Petit je rigolais à voir les vieux passer.

    se tenant à leur canne, comme un précieux trophée

    effleurant de leur pied le contour des pavés

    et enfin avancer d'un pas de nouveau né.

    je gloussais dans mon coin, me moquant doucement,

    de leurs claudications et leur pas malhabiles

    on oubli étant jeune qu'inexorablement

    la vieillesse rejoint nos sarcasmes imbéciles

    et j’entends à mon tour rigoler un p'tit peu

    le bambin amusé par mon pas hésitant

    maintenant c'est mon tour je suis devenu vieux

    le temps ne dure pas ...je n'suis plus un enfant


    votre commentaire
  • en ce jour où les femmes sont mises à l'honneur
    à mon épouse chérie je veux penser d'abord
    pour lui parler d'amour et lui ouvrir mon cœur
    et écrire mon bonheur sur notre livre d'or 
    Quand la mer me raconte des vagues et des tempêtes
    que je vois dans le ciel le vol blanc des mouettes
    adossé à ce vent qui frôle le Canigou
    je regarde ma vie avec son rythme fou
    les saisons et les mois qui filent vers le passé
    et reste le présent si court à mes idées
    je n'aurai pas le temps pour combler tout les vides
    pour construire tout les murs pour écrire tout les livres
    je n'aurai pas le temps pour te dire mon amour
    pourquoi je cri si fort et pourquoi je suis sourd
    à force de m'entendre exprimer mes poèmes
    qui te parlent d'amour et te disent je t'aime


    votre commentaire
  •  

    Je regarde les vagues qui roulent doucement

    et se laissent mourir sous le soleil levant

    je regarde le ciel qui s'illumine un peu

    et qui noie l'horizon dans un rouge de feu

    je regarde l'oiseau qui plane et qui se pose

    cherchant à se nourrir, à manger quelque chose

    et je suis très heureux de me savoir en vie

    de vivre à tes cotés et je te dis... « merci »


    votre commentaire
  • Se reconnaître un jour au fin fond de la nuit

    se reconnaître enfin sans un mot sans un bruit

    et croiser un regard que l'on a déjà vu

    dans un autre destin dans un autre vécu


    votre commentaire
  • Il y a bien des soirées où l'on peine à dormir

    les soucis plein la tête... le mal-être ou bien pire

    il y a bien des nuits où l'on reste éveillé

    observant la pendule qui refuse de bouger

    et puis vient le matin et la fatigue aidant

    on s’assoupit à peine et c'est déjà l'instant

    où il faut se lever pour commencer sa vie

    ouvrir les yeux maintenant on en a pas envie

    et on constate encore que l'on est à l'envers

    on voudrai bien bronzer mais c'est déjà l'hiver

    et on va , hébété, se rendre à son boulot

    croiser les mêmes gens avoir les même mots

    et puis rentrer chez soi dans un vaste soupir

    Il y a bien des soirées où l'on peine à dormir

     

     


    votre commentaire