• Tu avais le ton haut comme tout les gens du sud

    tout ceux qui ont vécu en "savate" et "cuissette"

    ta vie était coquette et cependant très rude

    à "taper" la "kémia" et boire l'anisette

    je n' m'imaginais pas que toi, tu puisses partir

    et tout abandonner une fois de plus encore

    laissant tes concubines te pleurer...te chérir

    mais  t'as fermé les yeux sans attendre l'aurore

    Je te revois encore draguant, c'est ta nature,

    les caissières effarées qui te montraient du doigts

    et qui à ton égard lançaient des regards durs

    mais tu savais y faire pour imposer ta loi

    tu resteras pour moi un homme de caractère

    un empoigneur de vie à qui on n'la fait pas

    un buveur "d'anis gras"un chieur de première

     

    et pourtant je suis fier de t'appeler... Papa 


    2 commentaires
  •  

     

    Elle te saisie le ventre elle t’empeche de parler

    elle embrume ta vue et sèche ton gosier

    elle fait que tout ton corps se met à transpirer

    avoir des bouffées chaudes et puis à grelotter

    tu voudrais avancer mais tu ne le peux pas

    crier , gesticuler tu n'y arrives pas

    tu te sent défaillir et tes jambes se dérobent

    tu voudrais bien sortir mais t'es pas claustrophobe

    et tout est terminé la pression redescend

     

    t'as eu une grands frayeur c'est ça tout simplement !!


    votre commentaire
  • BONNE ANNEE 2017

     

    voila 2016 qui s’achève !!

    une longue année

    en effet même dans mes rêves

    je ne pouvais imaginer

    qu'avec une année bissextile 

    on allait récupérer

    une seconde imbécile

    juste pour nous faire ...

    .....bonne année 

    enfin un petit clin d’œil a ce lien  merci 

    https://libravirtuesperancescrl.wordpress.com/2016/11/10/notre-catalogue-2016/

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Quand toute ta vie tu bosses pour te faire un pécule

    pour pousser ta retraite qui est bien ridicule

    que tu peux enfin, sortir, la tête hors de l'eau

    il y a des malfaisants, des bandits des salops

     

    qui partent avec tes ronds en foutant tout en l'air

     

    quand tu arrives le soir que tu vois ta maison

    avec la porte ouverte d'une drôle de façon

    que tes tiroirs sont vides, et sur le canapé

    des photos de ta vie sont toutes éparpillées

     

    t'as envie de partir t'as envie de pleurer

     

    quand tu fais constater à la maréchaussée

    qu'ils t'ont pris ton argents, qu'ils t'ont pris tes papiers

    on te dis simplement que les formalités

    vont durer deux trois mois,,, voir même jusqu'à l’été

     

    t'a pas envie d' sourire, t'a envie de cogner

     

    quand tu passes ta journée en vaines paperasseries

    tu ranges... tu te rend compte qu'ils t'ont vraiment tout pris

    dans ta gorges les sanglots t’étranglent d'avantage

    si j'avais été là... j'aurais fait un carnage !!

     

    t'as plus envie de rien... car tu es dégoûté

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Le feu crépite dans l’âtre et le chat gris ronronne

    un instant de douceur on arrête le monde

    les murs doucement se transforment en foret

    la rivière, les oiseaux, la nature apparaît

    c'est le calme infini qui apaise les peurs

    qui fait que cet instant respire le bonheur

    qui chasse à tout jamais le spleen et la tristesse

    pour faire place à la vie, au beau, à l’allégresse

    mais le feu s'est éteint et le chat est parti...

     

    c’était un beau voyage là haut dans mon esprit


    votre commentaire