• Si je puis me permettre

     

     

    En parcourant tes rues les chansons me reviennent

    Ornant chaque quartier d’un détail insolite

    Du haut du mont saint clair je ressens de la gène

    À emprunter les vers de tous tes acolytes.

    Tu m’as appris bien plus que tous mes professeurs

    Par ton intermédiaire j’ai entendu parler

    Les plus grands des poètes qui sont cher à mon cœur

    Et qui mon retranscrit la façon de t’aimer

    J’ai visité ta ville Brassens en fut mon guide

    Quelque peu facétieux avec ses habitants

    Qui ne manquait jamais dans son discourt lucide

    De montrer les endroits où il vécut enfant

    Le quartier des pécheurs, celui du pont levis

    Le quartier des jouteurs, la criée aux poissons

    Nous désignant Margo et son chat tant nourrit

    Le banc des amoureux de bonne réputation

    Et en haut de la rue ton lycée, ton école

    Paul Valery aussi l’avait même fréquentée

    L’auvergnat était né dans cette course folle

    Poursuivi d’un gorille et d’une veuve éplorée

    Je te salut mon maitre d’avoir mis dans ma tête

    Tous tes refrains de vies, tes pieds nez à la mort

    Et de m’avoir permis de visité ce Sète

    Qui fut déjà le tien et des copains d’abord

     

    Le 07/06/2013


  • Commentaires

    1
    michelehardenne
    Vendredi 7 Juin 2013 à 07:51

    Un balade en radeau,

    Des mots qui médusent,

    Ceux de poètes qui ont toujours raison

    Et des copains d'alors qui s'amusent...

    Merci Jean-François pour ce texte tout en hommage tant aux Poètes qu'à cette belle ville porturaire.

    Bises et bon week-end.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :