• Il est venu ce soir aiguayer mon village

    Il a fait tournoyer le sable de la plage

    Et reparti déçu, car à cette saison

    Pas de robe à trousser ni de fripon jupon

    Les corps se sont offerts aux rayons éternels

    A demi dénudés, d’un blanc de jouvencelle

    Attendant les rougeurs pour pouvoir être halés

    Avoir une bonne mine pour la saison d’été

    Mais il a du sévir, les chasser du rivage

    Que de la poudre aux yeux pour les gens de passage

    Et avait, par malice, fait cingler les mollets

    Des jeunes téméraires qui voulaient le braver

    Un de nos quatre vents qui rythment nos journées

    Qui mettent nos nerfs à vifs, nous font éternuer

    Ils ont chacun un nom mais les connaissez-vous ?

    Le Cerce fait assécher… il a le cri du loup

    Le Marin est humide, il nous vient de la mer

    Le Grec se forme à l’est, il est d’humeur guerrière.

    Mais c’est le plus célèbre, celui venant d’Espagne

    Qu’on vénère en chanson : c’est lui la TRAMONTAGNE

     

    Le 02 mai 2013

     


    1 commentaire
  •  

     

    la rencontre c’est un chemin qui croise un chemin

    un regard, un sourire et on se tend la main

    Quelques mots échangés et qui redonnent au cœur

    L’impression d’être aimé, une part de bonheur

    Une rencontre c’est fortuit c’est jamais préparé

    C’est la vie toute nue, la spontanéité

    C’est l’espoir d’agrandir un peu plus sa vie

    L’espoir d’être plus seul, d’avoir des amis

    Et le moment s’éloigne on pense et on oubli

    Que cet instant d’amour c’est toi qui l’a choisi

    Car en allant vers l’autre tu as voulu y croire

    Qu’une si belle rencontre commençait une histoire

     

    Le 1 mai 2013


    votre commentaire
  •  

     

    La tristesse est venue coloniser ma tête

    Je l’avais oublié, chassée comme une bête

    Jetée hors de ma vie, jetée hors de mon âme

    La voilà revenue et mon corps la réclame

    Pourquoi  l’avoir reniée la tristesse est propice

    Aux poètes heureux qui viennent des abysses

    Pourquoi la repousser elle est belle parfois

    Quand t’as le vague au cœur et que tes yeux larmoient

    Et ma plume amoureuse de ses moments de spleen

    Noircie la feuille blanche de rimes plus ou moins fine

    Allez c’est aujourd’hui que ce joue le combat

    Du triste troubadour qui sonne le joyeux glas

    Mais l’important je sais c’est d’être bien sois même

    Triste ou joyeux poète l’important c’est qu’on t’aime

     

     

     

     

    Le 29/04/2013


    1 commentaire
  •  

    La terrasse est luisante et brillante de pluie

    À travers la fenêtre je sens venir l’ennui

    Hier le soleil nous réchauffait le corps

    Aujourd’hui c’est le froid… il fait glacé dehors

    Au loin les Pyrénées ont gardé leur blancheur

    Soulignant de froidure les barques des pécheurs

    On s’était dit voilà le soleil est venu

    On jette nos manteaux on reste à moitié nu

    Et maintenant le vent si froid et si mordant

    Nous le fait regretter ce geste désolant

    Les oiseaux sont tapis sous les tuiles du toit

    Les chats se sont cachés sous le vieux tas de bois

    Ils attendent comme moi qu’un rayon les réveille

    Un rayon de bonheur… les rayons du soleil

                                                              

                                                               Le 19 avril 2013

     


    1 commentaire
  •  

    J’n’ai pas roulé ma bosse dans toutes les rues du monde

    J’ n’ai jamais vérifié que la terre était ronde

    Je suis resté paisible à te regarder vivre

    A respirer ton air qu’est le seul qui m’enivre

    A manger ton regard à boire tes paroles

    Rire de tes mots d’humours quand ils  ne sont pas drôles

    A te tenir la main, à courir sur la plage

    Même si les gens nous disent que c’est plus de notre âge

    Car vois-tu aujourd’hui comme tous ses matins

    Je me dis que je t’aime avec toi je suis bien

    Et si ça fait bientôt trente-cinq années d’amour

    J’ai l’impression d’en être toujours au premier jour

    De bloquer les secondes et  n’être jamais vieux

    Le temps passe si vite quand on est amoureux

     

    Le 17 avril 2013


    1 commentaire